« Mouche » fait mouche !

Mouche_PR4Nous sommes ravis d’annoncer qu’un autre de nos oiseaux est de retour en Europe, où il a récemment été repéré dans l’est de la France ! « PR4 », également connu sous le nom de « Mouche », est une jeune femelle libérée à Bellechasse en 2016. Elle avait été collectée il y a tout juste deux ans dans le Land de Sachsen-Anhalt en Allemagne. Après avoir séjourné près d’un mois en volière jusqu’à sa libération le 23 juillet, elle était partie en migration le 25 août (dernière fois que nous avions eu de ses nouvelles). Pour mémoire, aucun de nos jeunes oiseaux n’est équipé de balise satellitaire, pour garantir qu’ils ne risquent pas d’être entravés lorsqu’ils apprennent à pêcher. A partir du moment où ils quittent la Suisse, nous n’avons donc aucun moyen de les localiser jusqu’à ce que quelqu’un les observe, soit en escale de migration ou dans leurs quartiers d’hiver, soit quand les plus chanceux reviennent chez nous.

Mouche, nommée d’après la forme des taches sur sa tête, se montre à la hauteur de son appellation en « faisant mouche ». De retour après seulement deux ans, elle fait maintenant ce que font tous les Balbuzards « adolescents » quand ils reviennent : se balader et explorer leur continent d’origine. Il n’est donc pas surprenant que Mouche ait dépassé sa zone de lâcher pour se retrouver à environ 180 km plus au nord.

Espérons que d’ici quelques années, quand elle sera devenue adulte et cherchera un partenaire, elle s’installera plus près de notre région. Peut-être viendra-t-elle même nous rendre visite plus tard cet été ?

Premier retour confirmé

Balbuzard-PR9

C’est confirmé, un premier de nos jeunes Balbuzards est revenu en Suisse!

L’espoir avait d’autant plus augmenté qu’un nombre d’observations de Balbuzards supérieur à la moyenne a été signalé ce printemps sur www.ornitho.ch. Il est toutefois difficile de voir si un oiseau est bagué ou non, et il peut toujours s’agir de migrateurs de passage, ce qui est normal à cette époque de l’année.

La grande nouvelle est que nous avons récemment eu la preuve que PR9, également connu sous le nom de Fusée, est revenu. Fusée est un jeune mâle né en Norvège en 2016. Il s’était tout de suite montré précoce car après avoir été amené en Suisse le 14 juillet et libéré le 30 juillet, il fut le premier de la «volée 2016» à migrer le 23 août.

Son nom semblait prédestiné. Tous nos oiseaux sont nommés par l’équipe Balbuzard sur la base du dessin différent que chaque oiseau a sur la tête. En passant beaucoup de temps à les surveiller par webcam quand ils séjournent dans les volières, leur donner un nom inspiré de ces motifs nous aide en effet à distinguer lequel est lequel. Une partie au moins de l’équipe de projet 2016 avait remarqué un dessin en forme de fusée sur la tête de cet oiseau, et de toute évidence il fait honneur à son nom.

Bien qu’il soit trop tôt pour que Fusée s’établisse sur un territoire et se reproduise, le fait que cet oiseau ait migré vers l’Afrique et soit revenu en Suisse représente un jalon majeur pour le projet. Il va sans doute passer l’été, comme le font d’habitude les Balbuzards adolescents, à vagabonder et à explorer, pouvant apparaître plus ou moins n’importe où. Si vous voyez un Balbuzard en Suisse ou aux environs, merci de vérifier tout particulièrement s’il est bagué, et n’hésitez pas à nous le signaler (pour éviter tout risque de dérangement, les emplacements ne seront bien sûr pas divulgués).

Fusée est le premier Balbuzard qui ait pris son envol en Suisse et qui y soit revenu depuis un peu plus d’un siècle.

« M. Sud » migre sur la Suisse

carte mâle norvegien

Rune Aae, l’expert norvégien du Balbuzard qui participe à la translocalisation de poussins pour notre projet, avait fixé des balises satellites sur un couple d’adultes norvégiens qu’il a suivi depuis le 12 juillet 2015. Le mâle («M. Sud») hiverne traditionnellement en Côte d’Ivoire et la femelle («Mme Sud») hiverne en Guinée-Bissau.

Nous sommes ravis de voir que la migration du mâle est déjà bien en cours, alors que la femelle – qui a commencé son retour vers le nord – est toujours en Afrique. Le mâle a survolé la Suisse le 9 avril, passant peut-être au-dessus de certaines des nouvelles plateformes que nous avions fini d’installer la veille dans la région des Trois Lacs!

Même si nos nids ne le dissuaderont pas de retourner en Norvège où il est né et où il se reproduit, c’est un plaisir de penser qu’il a vu la région dans laquelle nous espérons que certains de ses «compatriotes» translocalisés en Suisse reviendront un jour pour nicher. L’année dernière, un «drame familial» s’était produit en Norvège, où M. Sud s’était séparé de Mme Sud et avait trouvé une autre femelle, ce qui n’avait malheureusement pas abouti à une reproduction réussie. Espérons que « M. et Mme Sud » auront une meilleure saison de nidification en 2018 !

Marathon de construction de nids

Panorama du nid

Sept magnifiques nids artificiels de plus construits et un autre rénové en l’espace de deux semaines ! C’est le résultat d’une récente accélération printanière d’activité, pour qu’au moment de leur retour « nos » Balbuzards disposent d’un choix croissant de nids qui les feront se sentir encore mieux chez eux. Même s’il est toujours possible qu’ils décident de construire leur propre nid, il est important pour eux de bénéficier d’une belle diversité de plateformes et d’en graver l’existence dans leur mémoire pour le jour où ils reviendront.

Nid balbuzardLes nids sont aménagés à des distances variables du site de réintroduction dans la région des Trois Lacs, sur les arbres les plus favorables et les mieux situés découverts lors de nombreuses journées de prospection surtout en automne et en hiver. Notre fantastique équipe de grimpeurs a construit les nouvelles plateformes sur la cime d’arbres culminant souvent à plus de 30m. Nos plus chaleureux remerciements vont à Christian Grand, Pascal Grand, Yann Marbach, Daniel Schmidt et Henri Vigneau pour leur brillant travail à des hauteurs aussi impressionnantes. Quant à l’équipe d’assistance au sol, qui a réuni et aidé à hisser tout le matériel de construction jusqu’à ces sommets, elle a inclus Michel Beaud, Cyril Combremont, Emile Curty, Denis Landenbergue, Pascal Rapin et Wendy Strahm. L’aménagement de nombreux autres nids va encore suivre, mais espérons d’ores et déjà que certains de nos oiseaux reviendront et profiteront un jour des belles plateformes qui les attendent !

Rapport sur la troisième année du projet

Toupie KF4

Un rapport sur la “Troisième année de réintroduction du Balbuzard pêcheur Pandion haliaetus en Suisse“ a paru dans le fascicule de mars 2018 de la revue Nos Oiseaux. Il donne une vue d’ensemble du travail réalisé et des résultats obtenus en 2017 par le projet Balbuzard, y compris la surprise d’en avoir eu temporairement  « treize à la douzaine » : non seulement l’ensemble des 12 jeunes relâchés sont bien partis en migration,  mais de plus une jeune femelle de passage baguée en Allemagne, de toute évidence attirée par notre cohorte locale, a fait une escale de 5 jours avant de poursuivre son voyage vers le sud. L’article est téléchargeable ici.

L’équipe 2017

La saison Balbuzard 2017 s’est très bien déroulée, grâce à toutes celles et ceux qui se sont engagés pour cette troisième année de réintroduction. Un merci très spécial va d’abord aux bénévoles qui ont consacré au moins deux semaines de leur été au projet : Dominique Bourquin-Tièche, Sandrine Bierna, Emile Curty, Sandra Hails, Bernard Monnier, Pascal Rapin, Christine Rast, et Virginie Trieu. Chaleureux remerciements aussi à nos autres collègues et supporters toujours très motivés : Mario Firla, Holger Gabriel et Daniel Schmidt en Allemagne; Rune Aae et sa famille en Norvège; nos deux techniciennes Balbuzard Amélie Bierna et Andreia Días; et Michel Beaud, Denis Landenbergue et Wendy Strahm. Un grand merci également au spécialiste webcam Pascal Schöpfer, au gourou de la télémétrie Adrian Aebischer, et aux autres enthousiastes qui nous ont aidé cette année : Gilbert Bavaud, Reto Dürler, Flurin Desax, Christelle Mugny et Martin Schneider.

Nous sommes enfin très reconnaissants aux pêcheurs professionnels qui ont régulièrement fournis du poisson frais pour nos oiseaux : Pierre Schär & famille, Claude Delley, et Henri Christinat & famille. Et naturellement à tous les donateurs du projet, petits ou grands, ainsi qu’aux Etablissements de Bellechasse et à ses collaborateurs. Cliquez sur la galerie-photo pour quelques souvenirs sympathiques de l’équipe 2017.

Bon vent « Farine » !

Mont Vully, FR

Finalement nous sommes aujourd’hui sûrs que notre dernier jeune Balbuzard de la saison, KF5 (nommé Farine à cause de sa tête très blanche) a bel et bien migré. Maintenant que tous les 12 Balbuzards réintroduits cette année en Suisse sont partis, le site de lâcher est devenu très tranquille. Farine a passé environ un mois dans nos volières avec sa sœur Noctule après être arrivée de Norvège le 11 juillet. Nous avons vite remarqué qu’elles étaient toutes les deux de grandes mangeuses, chacune consommant en effet nettement plus de poissons que les autres oiseaux. A un certain moment, on se demandait presque si elle n’étaient pas même trop grosses pour pouvoir voler…

Pourtant quand la porte de leur cage a été ouverte le 7 août, cela ne les a pas empêché de décoller facilement pour un beau premier vol avant de s’installer dans leur routine individuelle. Contre toute attente, Noctule a devancé sa sœur Farine en partant en migration le 3 septembre, tout comme trois autres oiseaux qui ont profité de conditions météo parfaites de ce jour-là avec une petite bise, un vent du nord idéal pour les motiver à migrer.

Après avoir assisté au départ de tous les autres jeunes, Farine a finalement décidé de se mettre en route à son tour le 7 septembre. A 15 heures, elle a soudain commencé à s’élever en spirale très haut dans le ciel, planant loin au-dessus du Mont Vully jusqu’à devenir un minuscule point dans nos jumelles. Elle a filé vers le sud-ouest en direction du lac de Neuchâtel, où nous avons finalement perdu contact avec son signal radio. Comme on ne peut jamais être sûr du moment où nous voyons nos jeunes pour la dernière fois (certains peuvent faire un «faux départ» et soudain réapparaître de façon inattendue après 2 ou 3 jours d’absence), il faut toujours attendre quelques jours avant d’être sûr qu’ils soient véritablement partis. Puisque trois jours se sont écoulés sans le moindre signe de Farine, il est dorénavant certain qu’elle a effectivement été la dernière à migrer, marquant le point final d’une troisième saison de réintroduction exceptionnellement réussie.

Les deux soeurs au nourrissage : Noctule (à gauche) et Farine.
Les deux soeurs au nourrissage : Noctule (à gauche) et Farine.

 

Une nouvelle pensionnaire

KF7 rescued female Osprey

Le samedi soir 19 août, une femelle adulte de Balbuzard épuisée et non baguée a été trouvée au bord d’une route à Finstersee, dans le canton de Zug. Elle a été amenée au Station de soins pour rapaces de Berg am Irchel, géré par Andreas (Andi) Lischke. C’était la première fois en seize ans qu’il recevait un Balbuzard à son centre de soins. Andi l’a apporté à l’hôpital des animaux de Zurich où un examen approfondi pendant deux jours n’a rien détecté de problématique, sauf qu’il semblait anormalement confiant. L’oiseau a ensuite passé quelques jours de plus à Berg am Irchel mais sans toutefois se nourrir par lui-même. Andi a finalement décidé de l’amener au site de réintroduction de Nos Oiseaux, avec l’espoir que la proximité de jeunes volant aux alentours et se nourrissant à notre « restaurant pour Balbuzards » pourrait le stimuler à se nourrir et peut-être à rester quelque temps avec eux.

Le 29 août, cette femelle adulte a été munie d’une bague métallique de la Station ornithologique suisse de Sempach à la patte gauche et d’une bague plastique bleue marquée KF7 à la patte droite. Paraissant en bonne santé, elle a passé l’après-midi dans une de nos cages, observant avec intérêt nos jeunes volants aux environs et se nourrissant au sommet des volières. Il est vite devenu évident qu’elle souhaitait retrouver sa liberté, d’où la décision prise de la libérer le lendemain matin.

La porte de sa cage a été ouverte le 30 août à 6h05, juste avant qu’il commence à faire jour. A 6h30, KF7 a sauté sur la porte abaissée, avant de s’envoler à 6h40 directement vers le lac de Neuchâtel. Enchantés de la voir voler à nouveau si bien, nous l’avons observée jusqu’à la perdre de vue au loin en direction du sud-ouest. Souhaitons-lui le meilleur où qu’elle aille et espérons qu’au printemps prochain elle pourra retourner vers sa région d’origine !

Treize à la douzaine

Angela AT07 jeune allemande sur volière

Le 10 août, trois jours après que nous ayons fini de lâcher nos 12 jeunes Balbuzards, nous avons eu la belle surprise de voir non pas 12, mais 13 oiseaux à notre site de réintroduction—littéralement treize à la douzaine ! Après avoir compté plusieurs fois tous les oiseaux, nous avons fini par identifier le visiteur : un jeune oiseau provenant d’Allemagne et qui par chance portait une bague de couleur avec le code AT07. Nous avons immédiatement contacté Daniel Schmidt-Rothmund,  responsable du programme de baguage en couleur des Balbuzards en Allemagne, et appris qu’AT07 avait été baguée le 26 juin dans un nid situé à moins de 50 km de la région où nous avons collecté 6 jeunes deux jours plus tard !

AT07, ou Angela comme elle a vite été nommée, observa d’abord nos jeunes pendant un moment avant de décider de profiter elle aussi des poissons de notre « restaurant ». Elle y a dès lors pris plusieurs poissons par jour jusqu’au 14 août, avant de poursuivre sa migration. Nous avons certes été tristes de voir Angela partir, mais en même temps très heureux qu’elle ait choisi de faire escale chez nous pendant plusieurs jours. Et qui sait, peut-être se souviendra-t-elle de la région et nous rendra-t-elle un jour une autre visite?

Douze jeunes Balbuzards bien arrivés

Peser un poussin balbuzard

Pour la troisième année de notre projet de réintroduction, douze jeunes Balbuzards d’Allemagne orientale et du sud de la Norvège ont été transférés en Suisse. Ils mangent maintenant avec appétit le poisson blanc fourni quotidiennement par des pêcheurs professionnels des lacs de Neuchâtel et de Morat, tout en se familiarisant chaque jour plus avec leur nouvel environnement. Les jeunes oiseaux tout comme leurs parents adoptifs (une équipe de 5-6 personnes prenant grand soin de leur protégés) se portent tous très bien !

Nous remercions vivement les bagueurs, Holger Gabriel et Mario Firlo en Allemagne, et Rune Aae en Norvège, qui ont réalisé d’impressionnantes escalades pour les collecter — les deux premiers sur des pylones électriques à haute tension et le troisième sur d’immenses Pins sylvestres. Un grand merci aussi au « gourou » du Balbuzard Daniel Schmidt pour son aide avec l’organisation du transfert et le transport de six oiseaux en Suisse ; à la compagnie électrique Mitnetz Strom qui a procédé à des coupures temporaires de courant et mis à disposition son personnel pour garantir la sécurité des grimpeurs de pylônes ; et à Marianne Imhof de Ace Pet Movers, dont l’appui a été si précieux pour l’acheminement de six oiseaux norvégiens vers la Suisse.

Cliquez ici pour un article ainsi que pour une video sur la collecte des jeunes en Norvège diffusée par la TV nationale norvégienne.

 

 

The Osprey in Switzerland