Archives pour la catégorie Biologie du Balbuzard

En quoi le Balbuzard est-il unique ?

michel_jaussi_balbuzard

  •  C’est le seul rapace diurne à se nourrir uniquement de poisson.

  • Le Balbuzard est la seule espèce appartenant à son genre (Pandion) et à sa famille (Pandionidae), ce qui signifie qu’il est donc très distinct sur le plan taxonomique.

  • En commun avec les hiboux et les chouettes, il est le seul rapace diurne ayant une serre extérieure entièrement réversible, ce qui signifie qu’il peut saisir ses proies avec deux serres devant et deux serres derrière. Une fois capturés, les poissons n’ont aucune chance de s’échapper.

  • La distribution globale d’une même espèce de rapace sur chaque continent (sauf l’Antarctique) est exceptionnelle; seul le faucon pèlerin ayant une distribution plus large parmi les rapaces diurnes. La taxonomie traduit, il est vrai, l’avis du scientifique. Considéré jusqu’à maintenant comme une seule espèce vivant sur tous les continents, certes subdivisée en plusieurs sous-espèces, la science pourrait un jour constater qu’il s’agit en fait d’espèces différentes, ce qui ne changerait rien au fait que tous ont une allure très similaire et la même écologie. Les Balbuzards se trouvent au sommet de la chaîne alimentaire et ils sont d’excellents indicateurs de la santé des écosystèmes aquatiques.

HAUT DE PAGE

Reproduction

Le Balbuzard peut se reproduire au plus tôt à l’âge de trois ans (sauf cas exceptionnel), avec un âge moyen de première reproduction de 3,8 ans en France. Plus les Balbuzards ont de territoires disponibles pour nicher dans leur région de naissance, plus ils peuvent commencer tôt à se reproduire . Si toutefois les meilleurs emplacements de nids sont déjà occupés, les jeunes adultes préfèrent différer le moment de leur première reproduction plutôt que d’aller chercher des territoires libres ailleurs. Continuer la lecture de Reproduction

Un pêcheur remarquable

Bagues Balbuzard par Wendy Strahm

Balbuzard avec poisson par Sylvain Larzillière
Balbuzard pêcheur transportant un chevesne (ou chevaine) Squalius cephalus dans ses serres.

Le Balbuzard est le seul rapace diurne à se nourrir presque exclusivement de poissons vivants, et ses talents de pêcheur sont renommés. Faisant du vol sur place à grande altitude, il fait des piqués spectaculaires dans l’eau une fois repérée une proie potentielle. Avec de la chance, il attrapera le poisson convoité avec ses énormes serres, le saisissant fermement avec l’aide de sa serre réversible. D’habitude il prend des poissons, comme par exemple le mulet ou le gardon, évoluant soit dans l’eau très peu profonde, soit dans la couche superficielle de 15-20 cm d’un plan d’eau. Contrairement aux espèces telles que les cormorans ou les grèbes, les Balbuzards ne plongent et ne nagent pas sous l’eau.

Parfois, il semble que le poisson capturé est trop grand pour que l’oiseau puisse le transporter. L’anecdote est même souvent racontée qu’un Balbuzard attrapant un poisson trop grand pour être emporté, finit par se noyer, les serres bloquées dans sa proie. Il n’existe aucune preuve documentée de ce phénomène, que nous ne pourrons croire que lorsque nous le verrons !

Une vidéo fantastique d’un Balbuzard en train de pêcher peut être vue ici, montrant la sous-espèce nord-américaine qui n’est donc pas la même que celle qu’on trouve en Europe (voir taxonomie).

HAUT DE PAGE

Ou peut-on trouver le Balbuzard aujourd’hui?

Carte de distribution et statut des populations du Balbuzard en Europe. Repris de BirdLife Int (2004) et modiiés d'après Schmidt, Dennis & Saurola (2014).
Carte de distribution et statut des populations du Balbuzard pêcheur Pandion haliaetus en Europe. Repris de BirdLife Intl (2004) et modifiés d’après Schmidt, Dennis & Saurola (2014). Les « R » verts indiquent les régions où l’espèce a été réintroduite. Les « X » rouges indiquent les pays où l’espèce a disparu.

Le Balbuzard pêcheur est une espèce cosmopolite, subdivisée en quatre sous-espèces habitant le Paléarctique, l’Amérique du Nord, les Caraïbes et l’Australie (voir taxonomie). C’est une espèce migratrice qui peut être observée sur chaque continent sauf l’Antarctique.

La sous-espèce du Paléarctique occupe aujourd’hui une aire de distribution irrégulière, principalement entre l’Ecosse à l’ouest et la péninsule du Kamtchatka et le Japon à l’est. Tandis que les effectifs européens sont assez importants (avec une estimation d’environ 10’000 couples), cette population est cependant fragmentée et a subi de forts déclins ou des disparitions régionales dans un passé relativement récent. Continuer la lecture de Ou peut-on trouver le Balbuzard aujourd’hui?

Migrations

Balbuzard et flamant rose Banc d'Arguin par Wendy StrahmLa plupart des Balbuzards d’Europe nichent dans le nord et vont hiverner au sud du Sahara ou le long de sa côte occidentale (à l’exception de quelques petites populations plus ou moins sédentaires en Méditerranée). Quelques individus peuvent toutefois ne pas traverser la Méditerranée et hiverner en Espagne ou même dans le sud-ouest de la France, mais de tels cas sont assez rares. En périodes de migration, l’espèce peut être observée en Suisse en petit nombre, principalement de mi-mars à fin mai au printemps et de mi-août à fin octobre en automne. Continuer la lecture de Migrations

Le Balbuzard pourrait-il revenir s’installer tout seul en Suisse ?

Balbuzard par Pascal RapinLe Balbuzard est une espèce « philopatrique » et il est très peu probable qu’il revienne un jour s’installer tout seul en Suisse romande – même si dans la nature on ne peut jamais dire jamais. La philopatrie définit l’attachement d’un individu à rester ou à revenir à l’endroit où il est né pour se reproduire. Certaines espèces, dont le Balbuzard, ont une philopatrie très marquée, avec pour conséquence que leur capacité de dispersion est très faible. Pour cette raison, dès qu’une population de Balbuzards disparaît quelque part, on ne peut pas raisonnablement s’attendre à ce que des individus qui ne sont pas nés à cet endroit le recolonise spontanément, même s’il y existe encore un milieu convenable. Continuer la lecture de Le Balbuzard pourrait-il revenir s’installer tout seul en Suisse ?